21
Juil

(CONCOURS) NOUVEAU DISCO 26/07 @ WANDERLUST w/ ZIMMER & LANCELOT

Frenchy Symphony vous invite à venir faire la fête sur le pont du Wanderlust ce weekend! 

Car ce samedi, les voisins de la cité de la mode nous ont concocté un beau line-up: Pete Herbert (l’anglais globe-trotter qui pose chaque année ses flights cases pendant 4 mois au KUDETA de Bali), l’ami australien Lancelot, véritable star dans son pays ou encore le résident Zimmer, de retour de Calvi On The Rocks et du Big Festival, seront présents pour le plaisir de tous… Enfin, ceux qui seront là!

On vous propose de gagner 3x2 places pour ce qui s’annonce comme une belle et chaude soirée de Juillet. Pour cela, il vous suffit juste de liker notre page facebook, et de commenter cet article avant Samedi 26 Juillet midi!

Lien de l’event

17
Juil

Chet Faker x GoldLink - On You

image

Songs from Scratch, an initiative fueled by Yours Truly and adidas originals sets the stage for a collaboration between established Australian artist Chet Faker and up-and-coming US rapper GoldLink. The Songs from Scratch project unites artists in a recording studio for a day to create something great. We owe other songs like “Paranoia” with Nosaj Thing and Chance the Rapper, as well as “Bo Peep (Do U Right)” by Shlohmo and Jeremih to the series. This time, the fruit of their labor is “On You”, a song about spending money on a girl. The two styles fit together seamlessly for a cool and jazzy sound we can dance in the rain to. We like it !

Songs from Scratch, un projet alimenté par Yours Truly et adidas originals, met ici en avant une bien belle collaboration entre l’Australien Chet Faker et le rappeur montant de la scène US GoldLink. La série Songs from Scratch (chansons faites à partir de rien) réunit deux artistes aux univers distincts pour composer le temps d’une journée une création originale exceptionnelle, à l’image de ce qu’ont pu faire des artistes comme Nosaj Thing et Chance the Rapper pour “Paranoia”, ou Shlohmo et Jeremih pour “Bo Peep (Do U Right)”. Cette fois, le fruit de leur labeur s’intitule “On You” qui voit l’univers de l’Australien et de son comparse américain s’intégrer parfaitement pour un son cool et jazzy sur lequel on pourrait danser par temps pluvieux. On adore !

Ashley (USA)

16
Juil

BEN BOHMER - SPRICH

image

Avis aux amateurs de Deep organique! Voici un track qui allie à la perfection le timbre plaintif des cuivres, avec un beat Deep House poreux et sanguinolent à la frontière de ce que l’on pourrait qualifier d’expérimental. Ben Böhmer, producteur Allemand signé chez le très bon label berlinois Ostfunk, nous convie ici à un rendez-vous avec les profondeurs les plus sombres de son âme, partageant avec nous un voyage dans les méandres ténébreux du réseau synaptique d’un saxophoniste en mal du monde…Clickez, écoutez, et laissez vous envouter par cette lamentation deepesque: Sprich aura raison de vous.

Organic-Deep enthusiasts please beware! Here’s a track that perfectly combines the plaintive timbre of brass wind instruments with a porous Deep House beat stained with blood and close to what we could call experimental. Ben Böhmer, a German producer signed by the brilliant Berlin-based label Ostfunk, invites us for a meeting with the darkest depths of his soul, sharing with us a trip to the obscure twists and turns of a depressive Saxophonist’s synaptic network… Play it, listen, and let get carried away by this deepesque wailing: Sprich will win you over.

Matthias

10
Juil

TV Girl - Pantyhose

Comment passer à côté du premier album de TV GirlFrench Exit ? Un mois d’écoute de leur galette, un mois de délectation musicale grâce à Brad Petering et ses compères. French Exit ou un voyage merveilleux dans le temps. 12 tracks rétro pop, joyeuses, lumineuses, rafraichissantes. Le choix de vos Frenchies s’est porté sur le premier morceau de l’album, “Pantyhose”. Idéal pour ouvrir le bal, ce titre est un bel aperçu de « French Exit » : des sonorités d’une autre époque, des voix de jeunes femmes accompagnant des arrangements candides, le tout mené par notre cher Brad. Il n’y a plus qu’à fermer les yeux pour se retrouver au beau milieu d’un lycée américain des sixties, de ses joueurs de baseball et de ses jeunes filles en robe vichy. Le temps d’écouter « French Exit » et la sonnerie du lycée retentit, il est l’heure d’assister à son cours de français.

After releasing for the last four years unique and wonderful pop gems that has been stuck on repeat in our music players every single day ‘till now, one of our favorite bands so far has finally released his very first album. We listened to French Exit repeatedly for one month since its release last June, the time required to enjoy every subtleties and poetry springing up from it. The 12 retro pop tracks composing the record inspire a highly-delightful, bright and refreshing atmosphere, the proof with the introductory song “Pantyhose”. Ideal to open the ball, this track reveals itself as the perfect foretaste to the magnificence of the album. Sonorities from another time, female vocals supporting the carefree melodies. You’ll just need to close your eyes to find yourself in the middle of a 60’s American high school, rubbing shoulders with baseball players and young ladies  wearing vichy dresses. The time to reach the end of the album and the bell starts to resound, announcing the French class to come.

Laureline

Listen to TV Girl’s first LP French Exit 

09
Juil

Saint Pepsi - Fiona Coyne

La musique de Ryan DeRobertis est à l’image de son sobriquet, fraiche et aux meilleures dispositions pour l’été. Après une flopée de morceaux postés depuis un an et demi qui auront vu son style évoluer petit à petit, du vaporwave à la power-pop et disco/funk, l’Américain nous revient tout pimpant, signé chez l’excellent label Carpark Records. “Fiona Coyne” est un festival de guitare funky, ligne de basse retro et cuivres détonnants. L’artiste y pose même ses vocales, intronisant ce nouveau morceau comme un hymne d’été, décidément incontournable.

Ryan DeRobertis's music sounds very much like his nickname, fresh and perfectly fitting with summertime. After a bunch of tracks posted since the end of 2012 which have progressively evolved from vaporwave to power pop and disco/funk, Long Island-based musician is back for the best, signed on the excellent Carpark Records. “Fiona Coyne” is a festival of funky guitar, retro bass line and explosive horns. Ryan even included his vocals, definitely making this new track an essential summer hymn.

Adrien

09
Juil

SvanSikh - Fever

image

“Fever”, tel est le dernier titre des Géorgiens de SvanSikh, qui va nous séduire tout l’été. Nous avions déjà remarqué le duo avec leurs tracks “I Wanna Be Your Lover” et “I Have To Go” et pressenti leur potentiel. La voix langoureuse d’Anano Ania Sikharulidze nous embarque dans une ambiance sensuelle et les arrangements de son compère Bacho Svanidze dynamisent cette pépite disco funk. Ce morceau annonce de belles romances dans une langueur estivale… La promesse de semaines aux couleurs rétro et rayonnantes, à écouter sans modération !

Georgian duo SvanSikh returns with “Fever”, their newest track that will seduce us all summer long. We had discover the duo thanks to their tracks “I Wanna Be Your Lover” and “I Have To Go”, both exquisite nu-disco gems. Anano Ania Sikharulidze’s languorous voice immerses us into a sensual atmosphere and Bacho Svanidze’s arrangements boost this disco funk gem. This track announces sweet romances in a summer languor. The promise of retro and shiny weeks, to be listened again and again !

Laureline

08
Juil

YUNG BAE - Honey

image

Cela fait déjà plusieurs mois que l’on suit les pérégrinations musicales de ce jeune gars de Portland. A l’écoute de sa toute nouvelle livraison, on s’est dit qu’il était peut-être temps de lui donner un coup de pouce. Yung Bae se qualifie sur sa page Facebook comme “just a dude making some disco”. Modeste, l’ami n’en est pas moins talentueux. La preuve avec “Honey”, petite pépite disco au groove surpuissant qui en fera trémousser plus d’un. Ce tour de force s’inscrit dans la continuité de tout ce que nous a servi précédemment notre comparse, des échos future funk du génial "I Want Your Love" aux samples 80’s savoureux qu’il utilise, notamment du maître japonais Tatsuro Yamashita. De quoi nous tenir en haleine cet été, en attendant impatiemment la suite.

It’s been a few months since we’ve started to follow this guy coming from Portland, Oregon. Yung Bae considers himself as “just a dude making some disco”. Modest and definitely talented, he’s just proven it once again with the disco gem “Honey” and its ultra-powerful groove that will make you burn the dancefloor frenetically. This tour de force echoes with the young fellow’s previous tracks, from the future funk vibes of his addictive "I Want Your Love" to the delightful samples he uses coming right from the 80’s, including some references to Japanese master Tatsuro Yamashita. With all this, we might be stuck on repeat for the rest of the Summer, by looking forward to hearing more from him very soon in the future.

Adrien

05
Juil

Doprah - Stranger People

image

Bienvenue dans le monde imaginaire de Doprah. Le duo néo-zélandais nous offre un aller simple pour un univers féérique avec leur morceau trip hop « Stranger People ». Les percussions, semblables à des battements de cœur, nous immergent dès les premières notes dans cette mélodie enchanteresse. Des bruits de jouets d’enfants, deux voix qui se répondent, l’influence de CocoRosie n’est pas très loin. Le clip est à l’image de la musique : la chanteuse, Indira Force, vêtue d’une robe à rayures colorées, conte les paroles dans une chambre d’enfant psychédélique, extravagante et démesurée, puis se transforme en poupée manga aux grands yeux brillants. Ce titre est toute une expérience dont on ressortira changé…

Welcome to the imaginary world of Doprah. New Zealander duo offers us a one-way ticket to a fairy universe with their trip hop track “Stranger People”. Percussions, sounding like heartbeats, immediately immerse us into this charming melody. Sounds of children’ toys and two voices that talk to each other remind us CocoRosie’s music. The video perfectly echoes with the melody : the singer Indira Force, with her colored striped dress, tells the lyrics in a psychedelic and extravagant child’s bedroom, and then transforms herself into a manga doll with big bright eyes. This song is an experience that will change everyone…

Laureline

30
Jui

Billie Black - I Don’t Need Another Lover

Nos voisins d’Outre-Manche ont le chic pour nous balancer à peu près tous les jours de nouvelles révélations, la preuve encore avec cette jeune Londonienne au potentiel soul déjà affirmé. C’est du haut de ses 19 printemps et en l’espace de deux titres postés ce mois-ci que la britannique Billie Black nous réjouit. Un groove entêtant qui n’est pas sans rappeler celui de Jessie Ware et une production impeccable aux vibes électro ondulées ravageuses font de “I Waited For You” et plus encore de “I Don’t Need Another Lover” deux petits joyaux de soul, de très bonne augure pour la suite.

Our neighbors from the other side of the Channel always have the talent to highlight new music sensations almost every day, here again with this young Londoner and her remarkable soul potential. Billie Black is only 19 years old and delights us yet with her first two tracks posted in the last three weeks. A heady groove that reminds of Jessie Ware's velvet voice and an excellent production full of wavy electro vibes make both tracks “I Waited For You” and even more “I Don't Need Another Lover” small soul gems, definitely promising for the future.

Adrien

29
Jui

A FRENCHY INTERVIEW WITH… RADKEY

image

-(English version below)- La semaine dernière, nous étions à la Maroquinerie afin de constater de nos propres yeux et oreilles ce que le groupe Radkey avait dans le ventre… En première partie des excellents jeunes parisiens de Velvet Veins, les 3 frères Radke nous ont offert une superbe prestation pleine d’une énergie authentique, et dont le jeu de scène très ‘rock’n’roll’ s’accordait parfaitement à leur musique brutale, tournée vers le Punk. Nous les avions rencontrés quelques heures avant leur passage sur scène, intrigués par cette jeune formation sortie du fin fond du Missouri, et dont la presse spécialisée fait les louanges. Dee (chant et guitare), Isaiah (basse) and Solomon (batterie), nous dévoilent, les yeux fatigués mais le regard souriant, la genèse de leur musique et leurs projets à venir.




- Vous êtes tous les 3 frères, le plus vieux a 21 ans, et vous jouez du punk-rock comme si nous étions encore dans les années 80: comment ce genre de chose arrive-t-elle?

Et bien nous n’avons pas été à l’école, ce sont nos parents qui nous donnaient des cours à la maison, et nous avions seulement la collection de vinyles de notre père à disposition lorsque nous voulions écouter de la musique… Les Ramones, Led Zeppelin, Nirvana… Nous avons commencé à jouer ensemble il y a 5 ans, en se faisant des sessions jam dans une petite pièce. Notre premier concert a suivi peu de temps après, et c’est à ce moment là que nous avons su que nous continuerions à jouer: ce premier show s’était super bien passé! Tout ça, c’était aux alentours du mois de mars 2010…

- The Strypes, The Orwells, Silverchair… J’imagine que ces noms ne vous sont pas inconnus: cela vous ennuie-t-il que des gens vous voient comme un ‘groupe d’ados qui fait du rock’?

Ca ne nous embête pas vraiment, non… On essaie d’ignorer qu’il y a parfois cet aspect ‘ce sont des ados’ autour de nous, mais c’est plutôt cool de se rendre compte que des jeunes s’emparent des scènes rock, et jouent une bien meilleure musique que toutes ces trucs commerciaux qui passent partout. C’est génial qu’autant de jeunes émergent, s’emparent de la musique et fassent ça correctement.

- Vous avez sortis vos 2 premiers EPs l’année dernière, ‘Cat & Mouse’ et ‘Devil Fruit’, et récemment, le single ‘Feed my brain’, mixé par Ross Orton, aussi impliqué dans la production du dernier album des Arctic Monkeys: quels sont les projets à venir?

Nous revenons tout juste de San Francisco, où nous avons passé 2 semaines à enregistrer la moitié de notre premier album avec Ross… Je n’en dis pas plus, mais celui-ci sortira en Janvier l’année prochaine!

- J’ai lu dans une interview pour USA Today que vous inventiez la plupart des histoires que vous racontez dans vos chansons: d’où vous vient l’inspiration?

En gros, on s’inspire des films que l’on regarde - et on en regarde beaucoup-, ou on pense juste à des choses, tous seuls… C’est assez cool d’écrire tes propres histoires pour un morceau, sur des sujets qui t’intéressent vraiment! On prend tous part à l’écriture, mais selon l’humeur ou la ‘vibe’, un de nous va être plus impliqué, voire le faire seul, ou on va faire ça tous ensemble… Ca dépend vraiment de la manière dont on aborde un nouveau morceau!

- Il y en a t-il un en particulier dont vous voudriez parler?

Peut-être ‘Little Man’, qui parle de notre grand-père du côté maternel, qui n’a jamais vraiment été là pour nous ou notre mère… C’est un des rares morceaux qui parle de choses de notre expérience personnelle… La majorité des autres, on les invente.

- The Guardian vous cite comme l’un des 10 meilleurs nouveaux groupes jouant en festival cette année, vous jouez sur de grosses scènes, les critiques de la presse sont très bonnes… Comment vivez-vous tout cela?

C’est vraiment génial ce que l’on vit, même si ça a nécessité beaucoup de travail. C’est énorme de pouvoir jouer dans ces gros festivals, c’est la première fois qu’on fait ça…

- Vous avez commencé votre tournée européenne la semaine dernière, comment ça se passe jusque maintenant? Et comment réagit le public européen à vos concerts par rapport aux fans américains?

Ils réagissent beaucoup mieux à notre musique! Et c’est aussi la raison pour laquelle tout le monde adore venir jouer en Europe: il y a un meilleur public, les gens sont plus ouverts d’esprit, plus relax, un peu moins coincés… Récemment, on a joué au festival ‘Rock im Park’, et c’était fou! Les gens étaient à fond dans la musique, mais se comportaient étonnement bien! On a pas vu beaucoup de mecs ivres morts par terre, mais même, c’était assez fou!

- Quelles sont vos influences?

Notre top 3 serait: Nirvana, Ramones, et Led Zeppelin.

- Et si vous deviez choisir un groupe avec qui jouer?

Nirvana évidemment!

- Ils ont fait ce show il n’y a pas longtemps, où Lorde, St Vincent et Joan Jett reprenaient des chansons de Nirvana…

C’était trop bizarre! Je ne sais pas comment ils ont pu autoriser ça! Tu ne peux pas vraiment faire de covers de Nirvana, parce que si tu n’as pas la même voix que Kurt Cobain, le morceau ne va pas être bon…

- Vous pensez pouvoir le faire?

Ahaha non! On y touchera pas!

- Dee, ta voix est assez spéciale, caverneuse et portant dans les graves… On te compare même souvent à Glenn Danzig, mais personnellement, je trouve que ton style se rapproche plus de celui du chanteur de Volbeat… Comment en es-tu arrivé à chanter comme ça?

Et bien, c’est juste naturel… J’ai un peu pratiqué le chant avant que l’on commence le groupe, mais j’ai fait ça tout seul, sans cours ou quoi… Ca sort comme ça!

- C’est tout ce que je voulais savoir, merci beaucoup, et bonne chance pour ce soir!

Matthias

English version of the interview:

Afficher davantage

28
Jui

Beerlover - Stereo Funk

Amateur de bière à en juger par son nom, Beerlover l’est tout autant de musique. Derrière ce pseudo se cache Jonatan Oliveira, jeune Brésilien de 21 ans originaire de São Paulo et auteur depuis quelques mois d’une ribambelle de pépites groovy à souhait. Découvert via le label américain Keats//Collective, référence incontestée dans le créneau future funk, joyeux rencontre musicale entre samples funk et disco et sonorités electro et hip-hop, Beerlover nous sert avec “Stereo Funk” une petite fraicheur qui tombe à pic en ce début d’été. En bonus, on vous recommande le classieux et addictif “Special Girl” pour vous donner une vue d’ensemble de l’étendue du talent de ce jeune artiste en devenir.

Of course, his nickname speaks for itself but Beerlover also turns out to be a fine music lover. The mastermind behind this nickname is 21 year old artist Jonatan Oliveira, hailing from São Paulo, who’s been producing over the last year some remarkable groovy gems. Discovered via Denver-based future funk label Keats//Collective, Beerlover offers us with his newest track “Stereo Funk” a truly delightful freshness coming at the perfect moment as Summer begins. In addition, have a listen to classy and addictive “Special Girl” to give you the best idea of this guy’s talent.

Adrien

Crédits Photo : Yougo Jeberg

24
Jui

Les Beaux Jours Frenchy Symphony Playlist

image

Les beaux jours arrivent, le soleil et la plage pour les plus chanceux, le bureau et la coupe du monde pour les autres. Afin de rythmer votre été, on vous a préparé un condensé de gourmandises auditives. On vous laisse déguster ! 

The good days are coming, the sun and the beach for the lucky, the office and the World Cup for the others.A playlist that will rhythm your summer with delicacies. Enjoy !

Crédits Photo: Yougo Jeberg

21
Jui

Tennis - Never Work for Free

Les Américains de Tennis sont de retour avec « Never Work for Free », premier extrait de leur nouvel EP Ritual in Repeat. Dynamique par son refrain entraînant et son rythme punchy, ce morceau respire la joie de vivre. Lumineuse, la voix d’Alaina Moore transforme ce titre en une véritable ode à l’évasion tant géographique que temporelle : il n’y a qu’à fermer les yeux pour se retrouver au beau milieu du Colorado des années 60…

Denver-based band Tennis is back with « Never Work for Free », their brand new track off of their forthcoming EP entitled Ritual in Repeat. This joyful track reveals itself as a highly-dynamic one thanks to its stirring chorus and punchy rhythm. Alaina Moore’s bright voice turns the song into an outstanding ode to geographical and temporal escape. Close your eyes and immerse yourself into Colorado back in the 60’s…

Laureline

about

Frenchy Symphony, c'est une sélection quotidienne des dernières pépites musicales. Laissez-vous porter par cette symphonie made in Paris.

Keep in French Touch

Tracks de la semaine

Loading Music
Powered by Soundcloud

Facebook